Index du Forum


Venez découvrir un monde que la raison elle-même a déserté il y a longtemps. Venez donc vous perdre ! Ici, tout est permis... la logique n'est plus.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Quand on se sent seul (PV Enlil)
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> La ville -> Manoir Eadwig
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Enlil
Leader du mouvement Rebelle


Inscrit le: 17 Aoû 2008
Messages: 64
Race: Hybride
Masculin

MessagePosté le: Sam 20 Sep - 02:48 (2008)    Sujet du message: Quand on se sent seul (PV Enlil) Répondre en citant

(« goûtaient bon »... XD Ça sonne bien moyenâgeux cette expression lol. Bref ! J'aime bien jouer Enlil avec Léthé... Mon pauvre petit hetero troublé et perdu qui ne sait pas ce qu'il veut... XD)  

 
Au grand soulagement du grand brun, Smarties ne rechigna pas à lui parler. Il le fit même dès qu'il le lui demanda et le rebelle put ainsi s'accrocher à sa voix comme à une bouée de sauvetage en pleine mer déchainée. Mais ce qui le tira d'affaire fut d'être happé par le violet uniforme de ses prunelles. Comme hypnotisé, les cris d'agonie dans sa tête s'estompèrent, et il ne voyait plus que son regard. Jusqu'à être totalement arraché de son cauchemar. Encore tout penaud que cette expérience horrifique ait pris fin, il ferma les yeux, un peu surpris en pleine contemplation, quand son cousin posa ses lèvres sur les siennes. Il savait ce que ce regard voulait dire. Il savait également que rien n'était plus rare que cette situation. Peut-être même était-ce la première fois que l'héritier l'en gratifiait. Et en son for intérieur, Enlil avait la confirmation de ce qu'il avait toujours été le seul à penser : il y avait énormément de douceur en Léthé, cachée par son masque – non que dis-je, son armure – bâtie par l'existence qu'on lui avait fait mener. Il comprit qu'il avait été torturé par un de ses plus grands mal-être. Et par conséquent, il comprit le mal-être propre à Léthé qui l'avait tourmenté. Une fois que ce dernier eut fini de parler, le leader rebelle se contenta de glisser une main sur la nuque du plus jeune, et attira doucement son visage vers le sien. Puisque Léthé lui accordait ce regard, lui-même lui accorderait ce qu'il n'accordait jamais à un homme. Ses lèvres se posèrent sur les siennes délicatement pour un baiser un peu plus appuyé que ceux, volatiles, que son cousin lui avait donné et auxquels il n'avait pas réagi, et ne réagissait jamais. L'instant était unique en son genre, et puisqu'il risquait de ne plus jamais se produire, Enlil en profitait pour être plus expressif que sa froideur habituelle.  
Les paupières fermées pendant le baiser, le meneur songea honteusement qu'il ne souhaitait pour rien au monde qu'un de ses hommes le surprenne en une telle situation. D'une, parce qu'il clamait haut et fort son rejet de toute interaction avec un homme, et de deux, surtout de deux, parce qu'en temps que leader de la rébellion, il n'était pas chose très normale qu'il éprouve de l'affection pour la cible numéro 2 – la cible numéro 1 étant Eadwig père – .  
Le vieux chêne était alors témoin privilégié d'une scène qui n'aurait jamais pu avoir lieu sans les effets foudroyants de la drogue.  
L'idée qu'il était peut-être bon de garder un comprimé ou deux pour cette raison traversa furtivement l'esprit du soldat. Mais l'évidence s'imposa à lui. Léthé disait vrai. Il fallait jeter ces pilules cauchemardesques. Eux deux avaient eu la chance d'être ensemble et d'avoir le pouvoir de ramener l'autre à la réalité. En réfléchissant bien, on se rendait compte que l'héritier avait subi ce qu'il faisait subir à ses victimes, comme pris à son propre jeu dangereux. Ses hallucinations. Enlil, comme Léthé, avait été submergé par l'illustration poussée à l'extrême de ses tourments intérieurs. Ce qui avait été à l'origine du cauchemar qu'il venait de vivre était de se jurer d'être toujours là pour protéger son cousin alors que sa mission, la cause qu'il défendait, le mouvement terroriste qu'il menait, était la chose au monde qui mette le plus en péril cette personne qui lui était chère. Plus la rébellion avançait, plus il se sentait impuissant face à l'inévitable à venir.  

 
Il finit par détacher sa bouche de la sienne, ne l'éloignant pas de plus de quelques centimètres tandis qu'il rouvrait les yeux. Il répondit tout bas, près de son visage.  

 
« Tu as raison. Jettes-les, ça vaut mieux. »  

 
Dans ce que venait de déblatérer l'héritier, il y avait des mots qui restaient empreints dans l'esprit du rebelle, comme un flash reste imprimé un petit moment sur la rétine. Tels que Je suis bien contre toi, qui créaient en lui l'embarras d'entendre ça de la part d'un homme, mais aussi la tendresse, d'entendre ça de la part de son cousin.  
Il se souvint alors sa dernière phrase et eut un petit sourire. Comment réagir ? Que dire ? Puisque lui-même ne savait pas ce qu'il voulait, ni ce qu'il ressentait vraiment, au fond.  
Ses prunelles chutèrent sur la main qui était posée sur son torse.  

 
« Je te remercie.. » Lâcha-t-il timidement.  

 
Il paniqua un peu à l'idée que Léthé ait envie de faire soudainement des choses avec lui. Car il ne savait pas trop s'il le voulait lui aussi inconsciemment, ni s'il réussirait à lui dire non au cas où il se rende compte qu'il ne voulait vraiment pas.  

 
Pourquoi Enlil était tellement paumé en cet instant ? Parce qu'il n'avait jamais eu auparavant à être confronté un Léthé comme ça. Ça changeait de l'habitude qui avait fini par s'ancrer. Normalement, l'héritier se contentait d'être pervers, capricieux et intéressé, et lui se contentait de paraître cynique, inintéressé, et intouchable. La donne changeait en cet instant.  

 
Enlil plaça alors une expression faussement outré sur son visage, laissant bien entendre que ce n'était pas sérieux.  

 
« Tu as GOUTÉ mes clones ??? »  

 
Il ne s'était donc pas tromper tout à l'heure. Il avait bien compris ce que faisait Léthé avec ses doubles.  

_________________
Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Sam 20 Sep - 02:48 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Léthé Matthias E.
Fils et héritier du Big Boss Eadwig


Inscrit le: 15 Juil 2008
Messages: 55
Race: Hybride

MessagePosté le: Sam 20 Sep - 10:05 (2008)    Sujet du message: Quand on se sent seul (PV Enlil) Répondre en citant

( piff!!... XD moi aussi je les aime ^^)
 

Enlil avait tout à fait raison dans son raisonnement. Au plus profond de Léthé, il était tout à fait différent de ce qu’il laissait voir normalement. Il se devait toujours de se montrer fort et cruel pour le bonheur de son père. Bien que la force il lui en manquait gravement. Mais à se moment précis avec son cousin, il était peut-être réellement lui-même? Comment l’héritier aurait été s’il n’avait pas été éduqué par son père? S’il avait grandit dans un milieu plus… normal… Peut-être aurait-il été l’être le plus généreux et affectueux. Mais se moment de rareté ne devait être vu et su par personne d’autre, Enlil ne devait pas en souffler mot a personne, autrement ce serait Smarties qui en subirait les conséquences. Son paternel n’apprécierait certainement pas de voir son  fils ainsi. Il s’arrangerait pour le rendre encore plus mauvais… Le rééduquer a la manière forte… Tous les deux se retrouvaient donc dans une situation qui devait rester secrète, pour leur sécurité.
 

Léthé ferma les yeux alors qu’Enlil lui accordait un baiser. Un vrai… Comme il n’en avait jamais goûté. Il réalisait bien là que tous les amants qu’il avait pu avoir, étaient loin d’êtres sincère dans leur sentiment. Enlil, lui, le faisait avec amour. Probablement pas le grand amour, mais une forme d’amour qu’il ne connaissait pas. Cela le faisait sentir tout léger. Enlil ne pourrait avoir de cousin plus doux qu’en se moment. Il rouvrit lentement les yeux, toujours aussi violacé, l’expression du visage calme et même souriant. Même si Léthé venait de subir un peu de ce qu’il faisait vivre a ses victimes, mais c’était loin d’être suffisant pour lui donner une leçon. Enlil l’avait rapidement sauvé, alors le coloré n’en retirait rien du tout. De plus que toute trace de blessure avait disparu. Et puis une fois se moment terminé, il allait rapidement jeter les comprimés pour ne plus que cela se reproduise. Ou les garder pour utiliser sur ses ennemis…
 

-Mais euuuh!!! Ce sont eux qui on commencé!
 

L’amusement avait prit place sur son visage rayonnant de bonheur.  Il remonta sa main autour de son cou. Les clones n’avait fait que ce que Smarties avait voulu au plus profond de lui… Avoir de l’amour…
 

-Ils sont venu tous autour de moi et sans que je ne puisse rien dire, ils se sont mis à me caresser!! Tu te rends compte? Ils ont osé me toucher sans mon accord, sont fou tes clones! Et puis ensuite… et bien j’en ai profité!
 

Il avait à présent un large sourire aux lèvres. Aucunement honteux pour ce qu’il avait fait. Qui n’en aurait pas profité? A part les hétéros… Il remonta une main sur la mâchoire de son compagnon pour le caresser délicatement.
 

-Mais à part les baisers et les caresses, ce n’est pas aller plus loin. Pour ça… ce serait bien meilleur avec le vrai. N’es-ce pas? Si c’est bien le vrai qui se trouve face a moi… Peut-être… Que tout ça n’est encore qu’illusion a cause de la drogue… C’est tout simplement trop agréable pour être vrai…
 

L’héritier baissa la tête, la tristesse se dépeignant sur ses traits à présent. Croyant ses derniers propos. C’était trop bien pour être vrai tout ça… Impossible… Personne ne l’aimait à part son père, enfin croyait-il. Si c’était vraiment Enlil contre lui, il faisait peut-être cela que pour le manipuler, avoir quelque chose de lui. Ce ne devait pas être sincère. Léthé n’y était pas habitué, alors il s’imaginait toute sorte de choses négatives.

_________________
Revenir en haut
MSN
Enlil
Leader du mouvement Rebelle


Inscrit le: 17 Aoû 2008
Messages: 64
Race: Hybride
Masculin

MessagePosté le: Sam 22 Nov - 12:17 (2008)    Sujet du message: Quand on se sent seul (PV Enlil) Répondre en citant

Quand la main de l'héritier quitta son torse pour venir se caler au creux de son cou, Enlil remonta doucement ses bras pour les entourer autour de sa taille.

« Ah ouais ouais j'me rends compte... 'sont inconscients... »


Le neveu Eadwig utilisait sa voix grave et sérieuse mais le sourire sur son visage trahissait son amusement partagé avec celui de Léthé. Il soupira furtivement sans perdre son sourire tout en hochant la tête de gauche à droite quand le coloré lui confia qu'il avait profité de ses doubles.
Le grand brun se sentit alors plus ou moins mal à l'aise quand l'autre suggéra d'aller « plus loin » avec le vrai Enlil. Mais Léthé sembla s'éloigner de ce sujet en notifiant que son cousin n'était peut-être pas réel... L'expression de tristesse qui apparut sur son visage fit froncer les sourcils d'Enlil.

« Ou serait le vrai Enlil si ce n'était qu'une illusion ? Il n'y a que toi et moi ici. »

Il resserra alors ses bras en soupirant plus lourdement que la première fois. Du bout des lèvres, il se contenta d'ajouter.

« C'était horrible... »

Avoir devant les yeux l'illustration même de ce qu'il décrivait comme son vrai cousin le rendait plus honnête, moins réservé. Il osait une confidence.

« J'ai vu des clones de toi, moi aussi, seulement... »

Il serra les dents et déglutit difficilement. Il revoyait la scène dans ses pensées. Comme par instinct de protection, une de ses mains vint se placer derrière la tête de Léthé, et le resserra un peu plus contre son torse nu.

« Tes clones à toi se mutilaient sous mes yeux sans que je ne puisse rien faire et... Et il m'appelait à l'aide... »

Son cœur avait perdu sa régularité. Il baissa la tête pour appuyer sa joue sur les cheveux de Léthé. Pourquoi était-il si tendre ? Simplement parce qu'il se disait que le Léthé habituel allait bientôt revenir, donc il se dépêchait de sortir autant d'affection qu'il le pouvait. Comme s'il relâchait autant de pression que possible avant que la vanne ne se referme.
En effet, il n'acceptait d'être réellement tendre qu'avec ce Léthé-ci. Ce Léthé qui avait tant besoin qu'on l'aime.
_________________
Revenir en haut
MSN
Léthé Matthias E.
Fils et héritier du Big Boss Eadwig


Inscrit le: 15 Juil 2008
Messages: 55
Race: Hybride

MessagePosté le: Sam 22 Nov - 13:58 (2008)    Sujet du message: Quand on se sent seul (PV Enlil) Répondre en citant

La tristesse demeurait présente sur le visage du plus jeune, c’était tout simplement inconcevable pour lui que se bonheur avec son cousin puisse exister. Mais en même temps il souhaitait sincèrement au plus profond de lui que ce soit vrai. Ce qui était le cas bien qu’il ne le croyait pas. Et heureusement pour Enlil, c’était ce qui allait le sauver d’une potentiel aventure que l’héritier avait eu en tête un moment plus tôt. Léthé regarda autour de son regard triste et lasse, a la recherche d’un autre jeune homme semblable a son cousin, mais il n’y avait bien que celui contre lequel il se tenait qui existait. Et si ce n’était pas réel, comme celui-ci lui disait, où était donc le vrai?... C’était celui face à lui. Mais alors, pourquoi être si tendre avec lui? Le coloré posa sa tête contre son aîné, refoulant ses émotions du mieux qu’il pouvait, blottit dans ses bras pour avoir toute cet amour gratuite qui lui était donné de façon si surréel pour lui.

-Tu es le vrai alors…

Il ne dit rien d’autre, restant silencieux pour l’écouter et profiter de cette présence. Touché au plus profond de lui de ressentir cette tendresse sincère envers lui. Il ne comprenait toujours pas pourquoi Enlil était ainsi, pourquoi avec tout ce que Léthé pouvait faire de mal, était-il maintenant si gentil avec lui? Il voyait son cousin d’une façon différente, il ne semblait pas être simplement l’un de ces êtres qui font semblant d’être gentil pour le manipuler. Peut-être avait-il compris ce que Léthé cachait… Son vrai lui, et non cette apparence mauvaise qu’il se donnait pour plaire a son père. Se jeune homme blessé intérieurement. Il ferma les yeux en sentant la main contre sa tête, ses yeux lui chauffant. Pourquoi? Qu’étais-ce que cette sensation? Des larmes peut-être… Mais il ne pouvait pas se permettre de pleurer! Il n’en avait pas le droit, ce serait indigne de la famille de se montrer aussi faible. Alors il retenait ça en lui, cette boule dans sa gorge et ses yeux lui piquant face aux émotions qu’il retenait. Il trembla en apprenant ce que Enlil avait vu. A quelque part… C’était la réalité, ce que Léthé criait au plus profond de lui silencieusement. Cette vision, était la réalité de façon imagée. Quelque chose que l’héritier ne voulait pas reconnaître et ne comprenait pas non plus.

-Me mutiler… Parfois… Je le fais… Quand je suis seul. Personne… Ne m’aime réellement… Sauf peut-être toi… Je dois toujours plaire a mon père, faire comme il veut, même si ça ne me plait pas. Il m’aime… uniquement parce que je suis son héritier et qu’il croit… que je suis comme lui…

Il en disait beaucoup trop, à son tour il se confiait de façon plus intime encore. Au fond cela lui faisait du bien, il voudrait en parler encore plus, dire tout ce qui n’allait pas, faire sortir le méchant en lui en quelque sorte. Mais il en disait déjà trop… Juste cela, si quelqu’un d’autre savait, il pourrait être dans le trouble. Si son père savait… Il allait être sévèrement puni. Il redressa la tête, commençant à paniquer, une petite larme sur la joue, retenant les autres. Le fait de penser a son père le ramenait a la réalité et toute l’ouverture qu’il avait eu sur lui-même se refermait.

-Je raconte n’importe quoi! Faut pas m’écouter! Mon père ne doit rien savoir de notre délire!!

La prunelle de son œil droit commençait à reprendre tranquillement une teinte rouge. La peur de la punition de son père le ramenait a son état habituel, a se Léthé détestable, celui qui cachait le vrai lui. Il repoussa Enlil avant de se lever et de prendre ses vêtements et accessoires qui trainait au sol pour tout replacer sur lui. Il porta un regard de dirigeant, un regard sévère, vers son cousin.

-Tu n’as rien vu! Tu n’as rien entendu! Si j’entends quelque part que tu as raconté ce qui vient de se passer ici, tu vas le regretter!! Et je dirais que tu m’as manipulé!
_________________
Revenir en haut
MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:57 (2018)    Sujet du message: Quand on se sent seul (PV Enlil)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> La ville -> Manoir Eadwig Toutes les heures sont au format GMT - 5 Heures
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com